Mystérieux incendies dans les trains du Cap

Actualités | Publié le Lundi 29 Octobre 2018 à 12:36:16 | |
 

En l'espace de quelques mois, la moitié du parc ferroviaire, soit plus de 80 trains de banlieue, a été incendié et mis hors service.  

>

 

Une situation qui a provoqué une grande frustration chez des milliers d'usagers et un profond malaise chez les fonctionnaires qui ne savent pas si les pyromanes sont des petits criminels, des gangs organisés ou peut-être même des mains obscures politiques qui cherchent à discréditer leurs rivaux.

 

Des vidéos virales ont montré une série de wagons livrés aux flammes qui s'arrêtent doucement dans différentes gares de la ville portuaire sud-africaine, alors que les usagers se précipitent pour échapper aux incendies. Jusqu'à présent, personne n'a été blessé.

 

Quelle est l'ampleur du problème ?

Malgré les pressions croissantes exercées sur les enquêteurs et la présence de la police secrète dans de nombreux trains, les autorités n'ont pas encore résolu le mystère des trains incendiés au Cap. L'impact sur la ville, qui se remet encore d'une sécheresse dévastatrice, est sévère.

 

"Dans mon esprit, il y a une sorte de campagne, ou une force sinistre, qui se cache derrière tout cela", a déclaré Brett Herron, qui supervise les systèmes de transport de la ville au bureau du maire.

 

"Pour moi, ce n'est pas un hasard, c'est trop bien orchestré. Nous avons eu environ 140 wagons détruits à une cadence quasi hebdomadaire."

"Notre système fonctionne à environ un tiers de sa capacité requise, de sorte qu'il y a une baisse massive du nombre de passagers", a-t-il ajouté.

 

Un matin, des centaines de passagers qui avaient attendu plus d'une heure à une station, à l'ombre de Table Mountain, se sont rués pour traverser les voies et se précipiter sur un train couvert de graffitis qui est arrivé. Sans annonce, ils sont allés sur le mauvais quai.

"C'est un cauchemar pour nous", indique une jeune femme dans l'un rare train disponible. "C'est très dangereux - vous risquez votre vie chaque fois que vous montez dans un train".

 

"Toujours en retard. Toujours en retard au travail maintenant ", avance une dame plus âgée. "C'est peut-être du sabotage. Je ne sais pas", pense un policier.

 

Qui est à blâmer ?

Initialement, la théorie dominante au Cap était que de puissantes bandes criminelles détruisaient les trains, soit pour obtenir des contrats pour des compagnies corrompues cherchant à remplacer les wagons, soit pour obtenir le contrôle de contrats lucratifs pour garder les trains et les lignes ferroviaires.

 

Cette théorie demeure d'actualité, de même que les soupçons selon lesquels de petits criminels et des vandales pourraient être à l'origine de ces incendies criminels pour exprimer leur frustration à l'égard des services locaux en général, et d'un service ferroviaire sous-financé et en difficulté.

Mais Le Cap et la province du Cap occidental qui l'entoure sont contrôlés par le principal parti d'opposition sud-africain, la Democratic Alliance (DA).

 

Au fil du temps, on a soupçonné de plus en plus dans certains milieux que des politiciens rivaux encouragent délibérément les incendies de trains pour donner l'impression que la DA est incompétente - même si le service ferroviaire lui-même relève de la responsabilité du gouvernement national.

"Chaque fois qu'il y a des élections à l'horizon, la stratégie de l'ANC consiste à semer le chaos. C'est la chose la plus facile à faire. Rendre l'endroit ingouvernable. Rendre les infrastructures de base dysfonctionnelles" soutient Helen Zille, Premier ministre du Cap-Occidental et critique de longue date du Congrès national africain (ANC).

 

Mme Zille a toutefois reconnu qu'elle n'avait aucune preuve pour appuyer cette théorie, et que des "intérêts commerciaux", des "syndicats du crime" et de simples vandales étaient certainement impliqués dans ces incendies.

 

"Vous avez une ville et un gouvernement provincial qui ne se soucie vraiment pas des pauvres," a déclaré Faiez Jacobs, le secrétaire provincial de l'ANC, décrivant les incendies comme "sinistres".

 Jacobs a déclaré qu'il soupçonnait l'existence d'un complot politique délibéré visant à faire chuter le système ferroviaire, mais a laissé entendre que c'était la Democratic Alliance (DA) et non l'ANC.

 

Pour l'instant, les incendies restent un mystère. Mais ce sont les communautés pauvres - qui vivent dans les zones périphériques du Cap qui sont maintenant forcés de compter sur des minibus et taxis plus coûteux. Le système ferroviaire perd aujourd'hui 2,7 millions d'usagers par mois et la congestion routière a doublé.