Turquie : Le film de l’assassinat de l’ambassadeur de Russie (vidéo)

Politique | Publié le Mardi 20 Decembre 2016 à 10:23:15 | |
 

Hier, lundi 19 décembre à Ankara, un homme armé a ouvert le feu sur l’Ambassadeur de la Russie en Turquie. Andreï Karlov a reçu des balles dans le dos, pendant qu'il prononçait un discours à l'occasion d'un vernissage. Selon le président turc Recep Tayyip Erdogan, le tireur, qui a été «neutralisé», travaillait dans la police anti-émeute depuis deux ans et demi.

>

selon le quotidien français, il était en train de prononcer un discours lors de l'inauguration d'une exposition qui se tenait au Centre d'Art moderne d'Ankara. Lundi soir, l'ambassadeur de Russie à Ankara s'est écroulé sous les tirs d'un assaillant. Grièvement touché, il a vite succombé à ses blessures. «Un inconnu a ouvert le feu lors d'un événement public à Ankara», a rapidement confirmé le porte-parole du Ministère russe des Affaires étrangères. Sur une vidéo prise par un des invités, et diffusée sur les réseaux sociaux, on voit Andreï Karlov, le diplomate, s'effondrer au sol.



Derrière lui, le tireur, un jeune homme en costume noir pointe son revolver vers le plafond en hurlant: «Allah Akbar» (Dieu est grand, en arabe) avant d'enchaîner, cette fois-ci en turc: «N'oubliez pas Alep. Vous ne resterez pas en sécurité. Seule la mort peut m'arracher d'ici. Quiconque est responsable de ces atrocités en paiera le prix». Un avertissement qui se lit comme une «vengeance» contre les récents 
bombardements syriens et russes sur la ville syrienne d'Alep. Assiégée par le régime de Damas, la partie Est de cette ancienne capitale économique du pays est en train de se vider, depuis jeudi dernier, de ses rebelles et de ses derniers civils au terme d'un accord négocié entre Ankara et Moscou. L'incident, qui en dit long sur la contagion régionale de la guerre syrienne, survient à la veille d'une réunion tripartite, prévue à Moscou, entre la Russie, la Turquie et l'Iran pour évoquer l'avenir de la Syrie. D'après un député russe, cité par l'agence IFAX, les discussions sont néanmoins maintenues.






avec le Figaro