En Indonésie, un avion de Lion Air parti de Jakarta s'écrase en mer

Société | Publié le Lundi 29 Octobre 2018 à 09:22:00 | |
 

Il était environ 6 heures et demie du matin, ce lundi 29 octobre, lorsque le Boeing 737 Max 8 de la compagnie low cost Lion Air a disparu des écrans radars. Parti de Djakarta, la capitale de l'Indonésie, et censé rallier en une grosse heure la ville de Pangkal Pinang, un peu plus au nord, l'appareil s'est abîmé dans la mer de Java.  

>

 

C'est ce qu'a annoncé à la presse un représentant de l'autorité de l'aviation civile indonésienne, quelques minutes après l'accident. "C'est vrai que nous avons perdu le contact du vol Lion Air JT 610. Nous avons transmis l'information aux équipes de sauveteurs", a déclaré Yohanes Harry Douglas, porte-parole de AirNav Indonesia dans un communiqué.

 

"Nous sommes toujours en train de chercher les restes de l'appareil", a quant à lui annoncé Yusuf Latif, le porte-parole de l'agence nationale indonésienne chargée des recherches et des sauvetages, en précisant que le Boeing était dans une zone d'une profondeur de 30 à 40 mètres.

Ce type d'appareil est capable de transporter jusqu'à 200 personnes en fonction de l'organisation de la première classe, et les autorités indonésiennes ont annoncé quelques temps après le crash que 188 personnes voyageaient effectivement à bord. Le PDG de Lion Air, Edward Sirait, a refusé de commenter les faits dans l'immédiat. "Nous essayons de collecter toutes les informations et données disponibles", a-t-il précisé.

 

D'après l'agence nationale indonésienne de recherche et de sauvetage, une mission a immédiatement été déployée pour tenter de localiser et de secourir l'appareil, qui avait demandé à revenir à son point d'origine peu avant que la liaison ne soit rompue avec le contrôle aérien.

 

En 2013, un appareil du même type de Lion Air s'était écrasé en mer après avoir manqué la piste d'atterrissage à Bali. Fort heureusement, aucune victime ni blessé n'avait été à déplorer parmi les 108 passagers embarqués à bord.

 

Le HuffPost