RDC: Des violences interethniques font au moins 41 morts dans le Nord-est

Société | Publié le Mardi 13 Mars 2018 à 17:28:21 | |
 

Au moins 41 personnes ont été tuées par des assaillants Lendu (agriculteurs) dans la nuit du lundi à mardi dans quatre villages du territoire de Djugu dans le Nord-est de la République démocratique du Congo (RDC), a appris Anadolu de sources concordantes.

>

 

"Les attaques des assaillants de la communauté Lendu (agriculteurs) contre les villages de Kayuba, Jo et Gbi ont fait au total 39 morts" a déclaré à Anadolu le responsable local de la chefferie des Bahema Nord, Willy Mulindro.

Dans la localité Ngaliko, des assaillants venus d’un village voisin ont tué deux personnes et enlevé une autre, selon la radio onusienne (Radio Okapi).

Les tueries ont majoritairement été faites à l’arme blanche, selon Mulindro, affirmant qu’avant de s’en prendre aux habitants, les assaillants ont commencé par incendier des dizaines de maisons des Hema (éleveurs), communauté visée par les tueries depuis mi-décembre.

Dimanche dernier, plusieurs maisons ont été incendiées dans trois villages du groupement Malabo en chefferie de Bahema Nord, selon le président de la société civile de l’Ituri, Jean-Bosco Lalo, joint par Anadolu.

Au cours de cette attaque, le chef du village Risasi a été tué par des assaillants, selon Lalo, annonçant également la mort de "plusieurs assaillants Lendu" tués par un groupe de jeunes de la communauté Hema.

"Les Hema commencent à passer à la défensive", a-t-il lancé prévenant que les Hema "peuvent faire trop de mal s’ils tenaient à la vengeance", a-t-il alerté.

L’Eglise catholique a dernièrement dénoncé "l’instrumentalisation" de ces violences reprochant un "silence masqué de l’Autorité en place et une passivité face à cette situation".

Eclatées depuis mi-décembre, ces tueries ont déjà poussé plus de 200.000 personnes à fuir leurs ménages, selon l’ONU.

Le ministre congolais de l’Intérieur et sécurité Henry Mova séjourne depuis la semaine dernière en Ituri pour apaiser les tensions dans cette province riche en or, mais qui a connu, dans les années 2000, un conflit foncier qui avait dégénéré en massacres entre Éleveurs, Hema et Agriculteurs, Lendu.

Ces deux groupes possédaient chacun une branche armée et des miliciens.

Leurs combats pour le contrôle de terres de cette région avaient fait plus de 60.000 morts, selon les ONG.

Une opération militaire spéciale (Artemis) déclenchée en 2003 par une force militaire de l'Union européenne (UE), essentiellement française, avait mis fin à cette violence. 

 

Source:aa.com.tr